Le Club de l'Étoile

Un partenariat pour des séances spéciales 

Pouvez-vous présenter le Club de l'Étoile ? Quelle est son histoire ? Quelle est sa particularité ?

Le Club de l'Étoile a une histoire singulière. Crée dans les années vingt, le Studio de l'Etoile projette d'abord des films « venus d'ailleurs ». Sous l'occupation, il devient une salle de cinéma clandestine.  Dans les années 50, la salle accueille aussi des tours de chants. Edith Piaf et Yves Montand s'y sont fait entendre. Le studio participe ensuite à la naissance du mouvement « art & essai ».

En 1985, le Studio de l'Étoile est racheté par un groupe de professionnels du cinéma qui en fait une salle de projection privée. C'est la naissance du Club de l'Étoile. Il s'agissait d'avoir une salle de référence pour la post-production française. Les équipes y projettent leurs films avant la sortie officielle en salle. En 2010, le Club de l'Étoile fête ses 25 ans et décide pour cela de s'ouvrir au public. S'ajoutent alors à ses activités, une programmation publique de retransmission d'opéras, de ballets, de concerts, d'expositions, débats, lectures... En 2015, Alexandre Paquot devient directeur. Il désire insuffler au lieu une nouvelle dynamique impliquant un fort développement évènementiel atypique.

C'est ainsi que sont lancés les week-ends thématiques du Club de l'Étoile en partenariat avec « Popcorn Project » spécialiste des soirées insolites. Tous les week-ends, le public est invité à découvrir des films et des animations reliés à une thématique générale. L'idée n'est plus de faire de la sortie ciné, un moment, mais de la développer en expérience globale. Le Club de l'Étoile a cette volonté de faire un cinéma social et convivial. 

Pouvez-vous présenter et expliquer les enjeux et les intérêts du Club de l'Étoile ? Notamment pour le public jeune.

Le Club de l'Étoile veut ouvrir sa salle au public, tous les week-ends, autour de thématiques précises. A partir du thème choisi, sont sélectionnés des films et des animations. Le public ne prend plus sa place uniquement pour une projection mais aussi pour les activités liées. L'idée générale, c'est de faire du cinéma un lieu de vie. Le Club de l'Étoile veut faire un cinéma social. Et c'est pour plaire au plus grand nombre, que les thématiques sont si variées. Ainsi, nous pouvons programmer des week-ends pour les enfants, un week-end Cocktails, un festival du film philippin...

Vous avez mis en place Rendez-vous Kids, un événement régulier (une fois par mois) destiné au jeune public. Pouvez-nous nous en parler ? En quoi consiste-t-il ? Quels sont ses enjeux ? Pourquoi avoir mis en place un événement de ce type ? 


Parmi ces week-ends, le Club de l'Étoile a mis en place avec plusieurs partenaires, les Rendez-vous Kids. Une fois par mois, pendant toute l'année scolaire, le cinéma accueille le jeune public, chaque fois autour d'un thème précis. Ainsi, en octobre sous la thématique « l'image s'anime », les enfants ont pu découvrir le concept de Stop-motion. Chacun des partenaires a sa séance du week-end et propose une projection et une animation. Le samedi et dimanche après-midi sont les deux temps forts du week-end avec Paris Mômes et PopCorn. C'est à ce moment là que nous proposons aux enfants des goûters bios de nos partenaires Bio C' Bon et Papy Popcorn. Les enfants déambulent, goûtent, jouent dans le Club qui a l'avantage d'être totalement dédié à cette activité. L'enjeu est d'ouvrir les enfants à un cinéma plus vaste et convivial. Se rendre au cinéma pour voir un film, mais aussi pour comprendre une technique de fabrication, jouer avec ses amis, se déguiser... Nous voulons leur donner une expérience large de cinéma.

En quoi le Club de l'Étoile (en tant que lieu) est-il propice à la rencontre entre le film, l'atelier et les spectateurs ?

Le Club de l'Étoile a cet énorme avantage en tant que salle, pour accueillir de tels week-ends, d'être unique. Il n'y a qu'une salle de projection. Donc le cinéma tout entier est dédié au film et au thème en cours. Lorsque le public arrive, un grand hall l'accueille avec une photocabine pour immortaliser sa venue. Dans la salle, une mezzanine offre un grand espace de réception qui permet de proposer des goûters et des animations. Les enfants peuvent aisément se déplacer et profiter de tout le lieu. C'est un lieu qui a été crée pour la convivialité.

Vous travaillez sur une thématique différente à chaque session ? Comment choisissez-vous les thèmes ?

Pour choisir nos thèmes, nous essayons le plus possible de nous relier à un évènement actuel. Par exemple, nous avons voulu réaliser un week-end « Culutre US » pour faire écho aux élections américaines qui se préparaient. De la même manière, au sein de nos Rendez-vous Kids, un week-end « Nos amis les Monstres » a été réalisé le jour d'Halloween. Mais si un partenaire nous propose une idée que nous trouvons juste et adaptée, alors nous pouvons tout à fait envisager de la mettre en place dans la mesure où l'on estime qu'elle peut plaire au public. Et ce, même si elle n'est pas d'actualité.

Pour quelles raisons avoir pensé à la revue PopCorn en tant que partenaire ?

Pour nos Rendez-vous Kids, nous cherchions des partenaires qui voulaient étudier la question du cinéma dans notre sens, c'est-à-dire des partenaires prêts à faire plus que proposer une simple projection. La revue PopCorn est élégante et bien construite, elle étudie un thème par numéro ce qui faisait écho à la construction de nos propres week-ends. En apprenant que PopCorn proposait des ateliers aux enfants, c'est devenu une évidence. Proposer aux enfants d'approfondir leur séance par un atelier rejoignait exactement l'esprit de nos week-ends.