Rencontre avec David

Interview détaillé du numéro 5 de PopCorn consacré à Mon oncle de Jacques Tati.

C’est au fil de ses lectures que PopCorn a découvert les ouvrages de David Merveille. Il est l’auteur de nombreux livres jeunesse et se passionne pour le personnage de M. Hulot ! Évidemment, PopCorn n’a pas pu s’empêcher de lui poser quelques questions !


Qu’est-ce qui te plait dans l'univers de Jacques Tati ? 

Il y a beaucoup de choses qui me plaisent dans son univers. D’abord l’époque, les années 50, j’adore dessiner les voitures anciennes, toute cette vie que je n’ai pas connu, le design et alors l’univers burlesque on va dire où tout passe par le visuel, pas par la parole et ça moi c’est quelque chose que j’ai toujours adorer faire, faire des histoires sans texte, tout doit être efficace, passer par le visuel, alors ce qui me plaît évidemment dans l’univers de Tati c’est le personnage de Monsieur Hulot, c’est d’abord sa silhouette qui avait été si bien dessiné par Pierre Etaix dans les affiches, au moins deux des affiches de Tati, donc c’était déjà pour moi un personnage qui devait vivre sur papier et puis comme c’est un personnage qui est proche de l’enfance, ça me semblait évidemment qu’il devienne un personnage de livres jeunesse. Il y a énormément de choses qui ont fait que ce personnage me plaisait et qu’il devait vivre sur papier. 

Pourquoi tu as choisi de travailler dessus ? Comment est né le projet de faire des aventures de M. Hulot un livre ?

Oui alors comme voilà j’aime le cinéma de Tati, un jour j’ai eu l’idée un peu incongrue de mettre le personnage de Hulot dans mes livres mais vraiment au second pan, une petite apparition et il y a pleins de gens qui m’en ont parlé, qui m’ont dit « oh on a vu Monsieur Hulot dans ton livre », je me suis dit que ce serait sympa d’en faire un livre entier où il aurait le premier rôle. Mais c’était assez compliqué comme défi comme il n’y a pas ou très très peu de parole dans les films de Tati, je ne voulais pas faire un livre avec un texte donc tout devait se passer dans le visuel. Et donc mon premier livre avec Monsieur Hulot c’est Le Jacquot de Monsieur Hulot, un livre qui fonctionne avec des volets, donc il y a à chaque fois une surprise quand on ouvre le volet, on a la suite de l’illustration, la suite de la séquence, donc il y a chaque fois une petite surprise. Un peu comme un gif animé mais sur papier et donc là je me suis dis, je tiens quelque chose donc j’ai fait une histoire à partir de ce concept là et donc voilà quand j’ai eu l’idée j’ai fais une illustration à l’intérieur, une pour la couverture et j’ai présenté ça aux ayants-droits. En fait, je n’y croyais pas du tout. Honnêtement, bon j’ai l’idée, c  ’est chouette, je vais avancer dans le projet mais jamais je ne pensais qu’ils allaient accepter. Et puis ils ont accrochés tout de suite et l’aventure à commencé comme ça. Ca ne devait être au départ qu’un livre, un one-shot puis bon une fois qu’on a mordu à l’hameçon, voilà moi c’est un personnage qui me restait en tête et puis j’ai eu d’autres idées et maintenant l’aventure continu. 

Peux-tu décrire le personnage de M. Hulot, qu'est-ce que tu aimes en lui ?

Alors moi ce qui me plaît chez Monsieur Hulot, c’est que c’est un personnage qui est très très libre, on ne lui connaît pas de travail, il n’a pas d’épouse, il n’a pas d’enfant, il a une soeur et un beau-frère (rires) assez stricte avec son enfant. Mais c’est quelqu’un qui est assez libre, qui peut prendre son solex, partir à l’aventure. Il n’a pas vraiment d’attache, il vit simplement et puis il a un côté, il est en marge de la société. Il n’est pas intégré, du coup tout ce qu’il fait est un petit peu en décalage avec son époque avec les gens il a un gros problème de communication. Ce que je trouve génial chez lui c’est qu’il est drôle malgré lui. Contrairement à Charlot qui était drôle parce qu’il était dans l’action, Monsieur Hulot il subit les choses don je trouve que c’est très subtil et c’est ça qui me plaît beaucoup dans ce personnage. Bon évidemment il a des côtés, il a un humour burlesque, il fait beaucoup de catastrophes mais tout ça est malgré lui parce que lui il est toujours rempli de bonne intentions.

Comment on fait pour adapter un personnage du cinéma en personnage d'un album jeunesse ?

Alors, il faut être en même temps très fidèle et infidèle. C’est à dire qu’il y a la psychologie du personnage qu’il faut impérativement respecter. Comme je l’expliquais, Hulot il doit subir les choses, donc il y a tout un canevas qu’il faut respecter et en même temps il ne faut pas se dire « est-ce que Jacques Tati aurait fait ça , etc.», alors n’oser rien faire. Par exemple les cadrages, Jacques Tati, il utilisait essentiellement des plans larges, il n’utilisait pas de gros plans, des choses comme ça. Moi j’ai fait un deuxième livre Hello Monsieur Hulot , une sorte de bande-dessinée, bah j’ai utilisé des gros plans parce que le langage de la bande-dessinée fait que l’on doit faire les choses autrement qu’au cinéma. Il y a un rythme qui est différent entre le cinéma et les images arrêtées. Donc c’est plus le support qui est la difficulté que l’adaptation des personnages dessus. Si je fais, là je suis en train de travailler sur des cartes postales, bah ce sont des images simples qui doivent êtres comprises en une fois au cinéma ce n’est pas ça, c’est une séquence. Voilà c’est plutôt dans le type de support et pas vraiment dans le personnage.

Qu’est-ce qui selon toi peut plaire aux enfants dans les films de Tati ? Quels éléments des films ont été adaptés dans les livres ?

En fait le cinéma de Jacques Tati pour moi ce n’est pas un cinéma pour les enfants. C’est vraiment pour un grand public. Alors ces premiers films comme Jour de Fête, Les Vacances de Monsieur Hulot et Mon Oncle, sont à mon avis, ses trois films les plus drôles, que les enfants peuvent vraiment regarder avec facilité parce qu’ils déclenchent le rire. Jour de Fête c’est vraiment du burlesque, c’est des cascades, c’est de la grimace, c’est des chutes et donc là l’enfant accroche directement. Playtime, c’est déjà un peu plus cérébral, c’est moins drôle. Moi je l’ai vu quand j’avais 14 ou 15 ans, au bout de 20 minutes je suis parti en me disant « Il ne se passe rien là dedans ». J’ai dû regarder un peu plus tard pour mieux comprendre. Et donc moi ce que j’essaye de faire dans mes livres, c’est vraiment repartir sur cette période, repartir sur ces trois premiers films, où c’est vraiment burlesque, c’est l’humour, c’est le gag, c’est la surprise, c’est l’étonnement et aussi la poésie qui est vraiment, qui n’est pas évidente mais qui est cachée dans ses films, qui est sous jacente dans ses films, que moi je renforce peut-être par rapport à votre question précédente, vous parliez l’adaptation, c’est vrai que moi par exemple j’ai dans un de mes livres, il y a Monsieur Hulot donc dans Le Jacquot de Monsieur Hulot, Monsieur Hulot se lève, il appuie sur l’interrupteur et normalement on allume la lumière de la pièce et moi en fait j’ai fait qu’il allumait le jour. Donc ça c’est une image qui jamais n’aurait pu fonctionner dans un film mais que moi j’ai pu faire dans un livre et j’ai travailler sur le côté, vous voyez c’est une image poétique, il y a de la poésie dans les films de Tati, c’est évident mais elles sont peut-être en demi-teinte alors que moi j’appuie peut-être un peu plus dessus.

Les tribulations de Monsieur Hulot

Des albums inspirés du personnage de Monsieur Hulot

  • Monsieur Hulot à la plage, Le Rouergue, 2015
  • Monsieur Hulot s'expose, Le Rouergue, 2012
  • Hello Monsieur Hulot, Le Rouergue, 2010
  • Le Jacquot de Monsieur Hulot, Le Rouergue, 2006